• Global community
    • Language:
      • Deutsch
      • English
      • Español
      • Français
      • Português
  • 日本語コミュニティ
    Dedicated community for Japanese speakers
  • 한국 커뮤니티
    Dedicated community for Korean speakers
Exit
0

Comment intégrer un doc pdf dans un fichier ?

Contributor ,
Jan 21, 2019 Jan 21, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

D'après un document PDF, comment le découper en plusieurs enregistrements :

1 - titre du chapitre

2 - texte du chapitre

et cela à partir d'un numéro de page.

Merci pour votre aide

Views

3.4K

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines

correct answers 1 Correct answer

LEGEND , Apr 16, 2019 Apr 16, 2019

bien l'intention de profiter de la situation pour 


18 <---- N° de page

mettre complètement à nu deux ou trois candidats qu'il présenterait à son commanditaire, ce n'était justement pas lui qui aurait le

Votes

Translate

Translate
Contributor ,
Apr 16, 2019 Apr 16, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Pas compris !

Not understood !

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Apr 16, 2019 Apr 16, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Si vous supprimez le commentaire d'ouverture des FC et donnez aux titres un numéro de chapitre suivi d'un espace suivi d'un trait d'union suivi d'un espace puis du titre, cela devrait fonctionner. Sauf s'il y a autre chose que je ne vois pas.

Le commentaire d'ouverture CF est déclaré dans la variable "a", dans votre exemple.

If you remove the opening CF comment, and give the titles a chapter number followed by a space followed by a hyphen followed by a space and then the title, this should work.  Unless there is something else that I'm not seeing.

1 - First Chapter Title

Blah blah, blah blah blah.

2 - Second Chapter Title

Blah, blah blah blah.

3 - Third Chapter Title

Lorem ipsum and all that jazz.

...

45 - Are there really this many chapters?

Nope, I cheated and used three periods to make it look that way.

V/r,

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Apr 15, 2019 Apr 15, 2019

Copy link to clipboard

Copied

UN MOMENT! Je viens de me rendre compte que j'ai mis à jour le code dans mon environnement de développement, mais pas ce que je vous ai suggéré. Je vais le chercher (cela peut prendre quelques minutes) et le poster ici.

ONE MOMENT!  I just realized that I updated the code in my development environment, but not what I suggested to you.  I'll get it (this could take a few minutes) and post it, here.

V/r,

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Apr 15, 2019 Apr 15, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Voici le document complet que j'ai créé pour tester votre demande:

Here is the full document that I created to test your request:

<cfsilent>
    <cfscript>
        a = "
1 - First Chapter Title

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 1  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

2 - Next Chapter Title

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 2  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

3 - Third Chapter And Still Going

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 3  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

4 - Fourth And Final Chapter

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 4  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

5 - I Lied - Here Is Another Chapter

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing. 

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  789 - This Is An Improperly Numbered Chapter.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing. 

Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.  Lorem ipsum and all that jazz.  CHAPTER 5  This is placement text and can be ignored.  This is just for testing.

789 - This Is An Improperly Numbered Chapter

This Is An Improperly Numbered Chapter.  ""789 - This Is An Improperly Numbered Chapter""  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789 

""789 - This Is An Improperly Numbered Chapter""  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789 

This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789  This Is An Improperly Numbered Chapter.  Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum.  CHAPTER 789";

        chapterArray = REmatchNoCase("[\t\n\r]+\d{1,3}\s+-\s+[^\t\n\r]+[\t\n\r]{1}",variables.a);
        titleAndText = arrayNew(1);
        indexList = ""; start = 1;
        for(i = 1; variables.i lte arrayLen(variables.chapterArray); i++){
            ndx = findNoCase(variables.chapterArray,variables.a,variables.start);
            start = variables.ndx + 1;
            indexList = listAppend(variables.indexList,variables.ndx);
            }
        count = 0;
        for(i = 1; variables.i lte listLen(variables.indexList); i++){
            start = listGetAt(variables.indexList,variables.i);
            if(variables.i lt listLen(variables.indexList)){
                count = listGetAt(variables.indexList,variables.i+1)-variables.start;
                }
            else{
                count = len(variables.a);
                }
            titleAndText[variables.i]['title'] = trim(chapterArray[variables.i]);
            titleAndText[variables.i]['text'] = REreplace(trim(replace(mid(variables.a,variables.start,variables.count),variables.chapterArray,'','all')),'[\t|\r|\n]','<br />','all');
            }
    </cfscript>
</cfsilent><!DOCTYPE HTML>
<html>
    <head>
        <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=utf-8">
        <title>Chapter, Title, and Text from a string</title>
    </head>
    <body>
        <cfdump var="#variables.chapterArray#" />
        <cfoutput>#variables.indexList#</cfoutput><cfdump var="#variables.titleAndText#" /><br /><br />
        <cfoutput>
            <cfloop index="idx" from="1" to="#arrayLen(variables.titleAndText)#">
                <div>Title:  #variables.titleAndText[variables.idx]['title']#</div>
                <div>Text:  #variables.titleAndText[variables.idx]['text']#</div>
                <div><hr noshade /></div>
            </cfloop>
        </cfoutput>
    </body>
</html>

Cela permet d'utiliser le numéro et le titre du titre en tant que délimiteur et remplace toutes les nouvelles lignes par <br /> dans le texte, en séparant les paragraphes. (Je parie que si vous faisiez un "View Source" de la sortie, les nouvelles lignes seraient là, mais elles ne seraient pas visibles dans le navigateur.)

What this does is use the title number and title as a delimiter, and replaces all new lines with <br /> in the text, separating paragraphs.  (I bet that if you did a "View Source" of the output, the new lines would be there, just not visible in the browser.)

V/r,

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Nov 12, 2019 Nov 12, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

Il y a quelques temps, vous m'avez aidé pour le découpage d'un fichier word. Je vous avais dit que je renonçais car trop complexe.

Là, je réessaye mais j'ai un beug alors que je ne prends que votre code.

Pourriez-vous m'aider à nouveau ? Merci par avance

Hello,
Some time ago, you helped me cut a word file.
I told you that I gave up because too complex.
There, I retry but I have a beug while I take only your code.
Could you help me again?

 

 

<cfsilent>
<cfscript>
a = " 1 - First Chapter Title Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 1 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. 2 - Next Chapter Title Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 2 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. 3 - Third Chapter And Still Going Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 3 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. 4 - Fourth And Final Chapter Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 4 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. 5 - I Lied - Here Is Another Chapter Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. 789 - This Is An Improperly Numbered Chapter. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. Lorem ipsum and all that jazz. CHAPTER 5 This is placement text and can be ignored. This is just for testing. 789 - This Is An Improperly Numbered Chapter This Is An Improperly Numbered Chapter. ""789 - This Is An Improperly Numbered Chapter"" Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 ""789 - This Is An Improperly Numbered Chapter"" This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789 This Is An Improperly Numbered Chapter. Lorem ipsum, vini vidi velcro, and cogito ergo dim sum. CHAPTER 789"; chapterArray = REmatchNoCase("[\t\n\r]+\d{1,3}\s+-\s+[^\t\n\r]+[\t\n\r]{1}",variables.a); titleAndText = arrayNew(1); indexList = ""; start = 1; for(i = 1; variables.i lte arrayLen(variables.chapterArray); i++){ ndx = findNoCase(variables.chapterArray,variables.a,variables.start); start = variables.ndx + 1; indexList = listAppend(variables.indexList,variables.ndx); } count = 0; for(i = 1; variables.i lte listLen(variables.indexList); i++){ start = listGetAt(variables.indexList,variables.i); if(variables.i lt listLen(variables.indexList)){ count = listGetAt(variables.indexList,variables.i+1)-variables.start; } else{ count = len(variables.a); } titleAndText[variables.i]['title'] = trim(chapterArray[variables.i]); titleAndText[variables.i]['text'] = REreplace(trim(replace(mid(variables.a,variables.start,variables.count),variables.chapterArray,'','all')),'[\t|\r|\n]','
','all'); }
 
#variables.indexList#

Title: #variables.titleAndText[variables.idx]['title']#
Text: #variables.titleAndText[variables.idx]['text']#

 

Voici le message d'erreur : 

Here is the error message:

 

Complex object types cannot be converted to simple values.

 

The expression has requested a variable or an intermediate expression result as a simple value. However, the result cannot be converted to a simple value. Simple values are strings, numbers, boolean values, and date/time values. Queries, arrays, and COM objects are examples of complex values.

The most likely cause of the error is that you tried to use a complex value as a simple one. For example, you tried to use a query variable in a cfif tag.

 

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Nov 12, 2019 Nov 12, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Quel numéro de ligne le message d'erreur indique-t-il? Cela devrait vous montrer quel objet complexe tente d'être utilisé comme une simple expression.

 

What line number does the error message indicate? That should show you what complex object is attempting to be used as a simple expression.

 

V/r,

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Nov 19, 2019 Nov 19, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

Voici le reste :

Hello,

Here are the rest:

The error occurred in D:\wwwroot\Hosting\H003\www\Admin\_ebooks\Essai5.cfm: line 45
43 :         indexList = ""; start = 1;
44 :         for(i = 1; variables.i lte arrayLen(variables.chapterArray); i++){
45 :             ndx = findNoCase(variables.chapterArray,variables.a,variables.start); 
46 :             start = variables.ndx + 1;
47 :             indexList = listAppend(variables.indexList,variables.ndx);

Merci pour l'aide

Cordialement

thanks for the help

cordially

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Nov 19, 2019 Nov 19, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Salut,
Je viens juste de m'asseoir à mon bureau. Je vais regarder le code que j'ai, ici, et voir si je peux le comprendre.

 

Hello,

I am only just now sitting down at my desk. I will take a look at the code I have, here, and see if I can figure it out.

 

V/r,

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Nov 19, 2019 Nov 19, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Je l'ai trouvé variables.chapterArray est un tableau (l'objet complexe). Vous avez négligé d'inclure la valeur itérative [i].
ndx = findNoCase (variables.chapterArray, variables.a, variables.start);
Devrait être:
ndx = findNoCase (variables.chapterArray[i], variables.a, variables.start);

 

Found it. variables.chapterArray is an array (the complex object). You neglected to include the iterative value [i].

ndx = findNoCase(variables.chapterArray,variables.a,variables.start);

Should be:

ndx = findNoCase(variables.chapterArray[i],variables.a,variables.start);

 

HTH,

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Nov 22, 2019 Nov 22, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,
J'ai rajouté le fait d'enlever les numérotations que l'on a rajouté pour différencier les chapitres.
Tout fonctionne à part que la sortie se fait en utf-8.
Vous avez de la chance, vous américains, de ne pas avoir ces problèmes d'accents,...
Je suis passé en iso-8859-1 sans succès !
Voici mon code :

 

Hello,
I added removing the numbering that was added to differentiate the chapters.
Everything works except that the output is utf-8.
You are lucky, you Americans, not to have these problems of accents, ...
I went to iso-8859-1 without success!
Here is my code:

 

<cfsilent>
    <cfscript>
        a = " 1 - Avertissement
 
Ce livre raconte une enquête policière étrange. C’est aussi une histoire romancée de mes ascendants. Julie de Bozonnier de Vaumane a réellement vécu. Elle est mon arrière-grand-mère paternelle.
Tous les événements historiques relatés dans les pages que vous allez lire sont réels. Les personnages ont existé, ainsi que les lieux. Bien sûr les dialogues sont inventés, les situations imaginées, les sentiments romancés.
Pourtant, tout est parti des « légendes » familiales, des récits de nos parents et aussi et surtout des « impressions » ressenties par certains membres de mes proches d’avoir vécu dans le passé certaines des scènes décrites ici.
La réincarnation existe-t-elle ? Je ne traite pas vraiment ce sujet dans le livre, je m’en sers. Mais, qui sait ?
Les membres de ma famille se reconnaîtront ou retrouveront dans mes héros tels cousin ou cousine, oncle ou tante, frère ou sœur… 
Je demande toutefois pardon à toute ma parenté. J’ai parfois pris certaines libertés avec l’histoire de la famille, mais j’ai d’abord écrit un roman qui relate le dernier secret de notre aïeule Julie Irlès née Finet, « héritière » du titre de baronne de Bozonnier de Vaumane. 

2 - Le premier jour

Julie avait bien dormi cette nuit-là. Il y avait longtemps que cela ne lui était pas arrivé. Debout au pied de son lit, elle enfilait difficilement une robe de chambre de soie bleue. Elle avait du mal à bouger ses bras à cause de ses articulations usées par son grand âge. Julie regardait par la baie vitrée l’aurore qui teintait de couleurs chatoyantes le ciel de novembre. Sa chambre donnait sur le bois, derrière le château. Le parc prenait les tons de l’automne, si rafraîchissant après cet été vraiment chaud. La canopée resplendissait, car ses nuances rousses rutilaient aux rayons du soleil levant.
Elle se dirigea avec précaution vers les vantaux de la fenêtre. Sa vue baissait de plus en plus et elle percevait mal à présent les objets dans le clair-obscur matinal. Elle tourna l’espagnolette qui commandait l’ouverture. Avant d’entrer sur le balcon, elle respira en souriant, une longue goulée d’air frais parfumée de l’odeur légèrement âcre des champignons et de l’humus. L’automne était décidément une très belle saison.
Elle crut apercevoir derrière elle une ombre silencieuse lever un bras menaçant. Elle voulut se retourner pour faire face à la menace. Elle comprit immédiatement que l’ombre 
abattait quelque chose sur sa nuque, d’un grand coup violent. Julie s’écroula sans un mot. Sa tête heurta violemment le sol du balcon. Elle ne ressentit quasiment aucune douleur. Sa dernière pensée se focalisa sur son arrière-petite-fille Yolaine.
Quelques instants après, un cri suivi d’un bruit de verre cassé retentit dans la demeure seigneuriale. Cela perturba le chant mélodieux des oiseaux du parc. Le majordome accourut immédiatement pour voir ce qui avait poussé sa femme Adeline, la gouvernante, à troubler ainsi la quiétude de madame la baronne.
La scène qu’il découvrit le terrorisa. Qui avait bien pu réaliser ce qu’il voyait à présent du seuil de la porte où sa femme restait pétrifiée ? Madame était étendue à terre sur le balcon qui surplombait l’enclos du château. Il distinguait nettement une toute petite mare de sang qui s’étendait doucement sous la tête de Julie Finet, la baronne de Bozonnier de Vaumane.
Dans le silence inhabituel du parc, le couple entendit le bruissement crissant d’une haie que l’on franchissait précipitamment. Henri Bonnel, le majordome, eut le réflexe de chercher d’où cela provenait. Depuis le chambranle de la porte, il crut apercevoir, au loin dans le bois, la silhouette sombre d’un homme mince et grand s’enfuir au travers des futaies.
Il s’adressa à sa femme :
– Adeline, ne touche à rien, j’appelle la police. 
***
L’inspecteur Abdoul Ben Mostar du commissariat de Frouzins arriva suivi d’une ambulance des pompiers. Les sirènes hurlantes finirent de troubler la sérénité du bois qui entourait la propriété. Les véhicules s’arrêtèrent devant le double escalier extérieur qui montait en volute à l’étage où logeait Madame. Tout en haut, Henri Bonnel les attendait dignement, raide et droit dans sa tenue de majordome.
– Où se trouve le corps ? demanda le policier.
– Si vous voulez bien me suivre, monsieur l’officier de police, c’est moi qui vous ai alerté. Je suis le majordome.
Le policier entra dans un couloir large meublé de deux commodes sur lesquelles un chandelier électrique à huit branches éclairait les murs tapissés d’un lourd drappé de velours mural pourpre. Le silence profond qui régnait là lui sauta aux oreilles et pénétra son cerveau aux aguets. 
Suivant le majordome, il arriva devant la chambre. Le serviteur s’arrêta au seuil et Abdoul Ben Mostar en fit autant. Il examina la pièce avec attention puis se dirigea vers le balcon où gisait une femme âgée. Les pompiers le suivirent et commencèrent à faire les premiers constats sur la pauvre femme étendue au sol.
Une demi-heure après, d’autres voitures, amenant le personnel scientifique, arrivèrent de Toulouse. Il ne manquait plus que la commissaire Laetitia Beaumont de Cerfeuil. Une fois de plus, elle jouait sa diva et arriverait la dernière.
La première journée de l’enquête sur l’assassinat de Julie Finet, épouse Irlès, baronne de Bozonnier de Vaumane commença.
L’inspecteur avait déjà pas mal déblayé le terrain auprès du personnel composé uniquement du majordome et de sa femme la gouvernante. Pendant que les policiers de la section scientifique enregistraient leurs relevés et mesures diverses, Abdoul Ben Mostar s’était installé dans la bibliothèque du château. 
Il se sentait bien dans cette grande pièce du rez-de-chaussée qui sentait bon le bois et le parchemin. Les centaines de livres reliés à l’ancienne avec leur couverture de vieux cuir épais qui emplissaient les étagères de chêne l’impressionnaient. 
Au-dessus de la cheminée monumentale dans laquelle on aurait pu faire cuire un bœuf en guise de méchoui trônait le portrait d’un jeune homme austère habillé de vêtements noirs relevés de quelques filets d’argent, avec une collerette blanche autour du cou. Une petite pièce de cuivre fixée sur le bas du cadre donnait son nom : Henri de Vaumane. Il était coiffé d’un chapeau, noir également, rond, tout simple, rehaussé d’une houppette blanche.
Ce portrait contrastait avec ceux que l’inspecteur avait pu voir rapidement dans les autres pièces. Les modèles de l’escalier intérieur qui montait vers les chambres de l’étage semblaient d’une autre nature. Il y avait là des hommes et des femmes aux habits de lumière splendides et riches. Certains devaient être des militaires de haut niveau sur leur cheval cabré, ou debout près d’un bouquet de drapeaux.
Abdoul se disait que cette civilisation française était vraiment une magnifique société baignée de noblesse. Élevée dans la culture de l’écrit, de la beauté, de la fierté, on percevait aussi en elle une légère touche de supériorité vaniteuse.
À sa connaissance, ses propres ancêtres ne pouvaient pas s’enorgueillir d’une extraction si prestigieuse. Même si en cherchant un peu, il aurait pu trouver de grands guerriers ou des savants renommés dans sa famille. 
Mais jusqu’à ce jour, seul un vieil oncle renié par la famille, il ne savait pas pourquoi, s’était distingué du reste de la famille. De toute façon, l’inspecteur ne s’était jamais posé de question sur ses ancêtres. Il venait d’un foyer modeste d’immigrés du Maghreb dont il représentait la troisième génération installée en France. Il se sentait parfaitement Français même s’il n’avait pas d’ascendants aussi huppés que ceux de cette baronne. 
Il avait interrogé les deux domestiques. Il avait appris que la victime descendait d’une famille illustre et très ancienne. Actuellement, elle vivait seule dans le château de Montbel. Ses héritiers, en tout cas ses descendants directs, ne venaient pas la voir souvent sauf son arrière-petite-fille Yolaine qu’elle adorait. Un cousin lui rendait aussi visite assez régulièrement, mais elle ne l’aimait pas beaucoup.
– Vous savez qui sont ces gens, comment ils s’appellent, où ils habitent, demanda le policier.
– Bien sûr répondit le majordome. Son arrière-petite-fille, madame Yolaine Raboteau, possède un appartement à Cugnaux. Ses parents habitent à Frouzins même, pas très loin d’ici. Je vais vous donner leurs adresses exactes. Quant au cousin, Christophe Lespinasse, il demeure à Villeneuve-Tolosane, près de la route de Muret, dans une petite cité résidentielle.
– Et vous me dites qu’elle ne l’aimait pas beaucoup.
– En effet. Elle le recevait par courtoisie, mais sa visite la contrariait toujours quand il s’annonçait et la baronne souriait rarement à son départ.
– De quoi parlaient-ils ensemble ?
– Je ne saurais vous le dire, monsieur, s’offusqua le majordome.
Hola, se dit l’inspecteur. Il eut conscience d’avoir brusqué trop rapidement cet homme habitué, sans doute, à plus de mots feutrés. Il se rattrapa :
– Je ne voulais pas vous vexer, je me doute bien que vous n’écoutez pas aux portes, mais parfois, en servant le thé ou le café on peut entendre des bribes de mots, des bouts de conversation…
– Eh bien, non. Justement. Ils se taisaient toujours en notre présence. Et c’est cela qui me paraît bizarre. Pourtant, il est arrivé plus d’une fois où l’on a perçu des éclats de voix, mais sans comprendre ce qui se disait.
– Et cela est-il arrivé récemment ?
– Oui, hier encore.
– Il était là hier ?
– Oui, inspecteur. Presque tout l’après-midi. Et l’on entendait comme des coups dans le mur.
– Des coups dans le mur !
– Oui. Comme si quelqu’un tapait contre les cloisons.
– Et vous n’êtes pas intervenu ?
– Bien sûr que si, inspecteur. J’ai inventé un appel téléphonique qui nécessitait soi-disant une réponse urgente. Madame a donc quitté la bibliothèque pour aller au salon prendre le combiné. 
« Mais monsieur Bonnel, il n’y a personne au téléphone m’a-t-elle reproché.
« Ils ont dû raccrocher, madame la baronne. Ils rappelleront sans doute. Veuillez m’excuser. »
Puis j’ai rajouté pour l’aider « Madame, l’heure est avancée, monsieur Lespinasse soupe-t-il au château ?
« Non, monsieur nous quitte m’a-t-elle répondu en le regardant » et il a pris congé.
L’interrogatoire de la gouvernante Adeline ne donna rien de plus à ce stade. La pauvre femme était toute retournée par ce drame qu’elle avait découvert et ne savait que répéter :
– Il s’est sauvé par les futaies. Il s’est sauvé par les futaies, répétait-elle l’air terrorisé.
– Madame, pouvez-vous me le décrire ?
– Un homme grand, mince, agile, rapide.
– Mais encore ? Brun, blond, habillé comment ?
– Je ne sais pas. Il s’est sauvé par les futaies.
Il ne put en tirer davantage. Adeline était manifestement très choquée. Toutefois elle le regardait d’un air bizarre. Elle se pencha soudain vers lui en regardant en coin son mari qui s’éloignait.
– Cela va recommencer chuchota-t-elle au policier. C’est la malédiction des Philibert.  Ils n’auraient pas dû.
– De quoi me parlez-vous, madame ?
– Il est reparti par les futaies, dit-elle une dernière fois en voyant son mari revenir vers eux.
Il vit qu’elle craignait son époux et n’insista pas. 
– Nous en reparlerons, madame. Nous en reparlerons.
 

3 - La commissaire entre en scène

L’inspecteur en était là de ses premières investigations quand il vit par la grande baie donnant sur la terrasse, la voiture de la commissaire arriver devant le perron.
Elle gara sa voiture près des colonnes qui supportaient l’escalier extérieur. Il menait jusqu’au niveau du premier étage. La façade était encadrée par deux tours carrées qui s’élevaient jusqu’au-dessus du deuxième niveau. Les deux escaliers situés de chaque côté et devant les tours permettaient d’atteindre l’étage supérieur par une volée en arc de cercle d’une trentaine de marches. Les colonnes délimitaient cinq arches protégeant, sous le perron, une entrée donnant de part et d’autre d’un large couloir. 
À gauche, on trouvait les cuisines et les celliers qui donnaient sur une pièce de séjour aménagée pour les repas. Elle se prolongeait par une immense salle de réception. Les deux pièces s’ouvraient sur le parc par de très larges baies vitrées. 
La droite du couloir desservait la bibliothèque ainsi qu’une petite chapelle à la cloison mitoyenne avec la grande salle de réception.
La commissaire prit tout de suite les choses en mains et dispensa ses instructions d’une voix chaude, claire, ferme et autoritaire. Son allure, sa tenue corporelle et la classe de  
ses habits, son regard altier, tout concourait à la désigner comme la chef naturelle de tout ce monde d’inquisiteurs. 
Laetitia Beaumont de Cerfeuil se sentit tout de suite très à l’aise dans ce décor et cette ambiance empreinte de noblesse. Cela lui rappelait le cadre des habitations de son enfance. Elle retrouvait les mêmes odeurs de vieux cuir, d’encaustique et du produit qui servait à maintenir les cuivres en état de brillance.
Elle connaissait déjà l’inspecteur Ben Mostar qu’elle avait eu l’occasion de croiser lors d’une précédente enquête. Elle appréciait l’intelligence fine de cet homme réservé et respectueux des autres. Cela la changeait de ces policiers balourds qui se croyaient supérieurs parce qu’elle était une femme et qu’en plus, une « bourgeoise » ne pouvait rien comprendre au « peuple ».
Abdoul Ben Mostar lui fit un rapport succinct des éléments qu’il avait déjà recueillis. Elle s’adressa au majordome et à sa femme :
– Madame la baronne avait une descendance lointaine ?
Le majordome sentit immédiatement que cette femme appartenait au monde de la noblesse. Elle posait la bonne question d’entrée.
– La famille de Bozonnier remonte aux rois francs, madame, répondit-il avec une certaine fierté.
– Aux rois francs ?
– La baronnie a été attribuée en 871 au seigneur Bozon par Charles II le Chauve en apanage de sa fidélité, pour gérer en son nom les territoires du Viennois en Bourgogne.
– Et ils sont nobles depuis ce temps-là ? demanda l’inspecteur Ben Mostar abasourdi.
– Pas tout à fait. Il y a eu des hauts et des bas. Mais la famille des Bozonide, devenue plus tard les Bozonnier, remonte à cette époque-là, monsieur, fit-il véxé de le reconnaître.
– Très bien. Et vous, vous les servez depuis ce temps-là plaisanta la commissaire ?
Décidément, elle était très fine pensa le serviteur. Fine et dangereuse pensa-t-il.
– Presque, madame, presque répondit-il d’un air pincé.
Laetitia Beaumont de Cerfeuil se promit de revenir sur ce pincement de lèvres. Elle continua son interrogatoire :
– Et le reste de la famille, où habite-t-il ?
– J’ai fait prévenir la petite fille madame Raboteau et sa demoiselle, ainsi qu’un cousin éloigné. Sa propre enfant et son époux Irlès sont décédés, l’informa l’inspecteur.
***
Au-dehors, une conversation animée et des cris retentirent brusquement. Il s’agissait de Yolaine, l’arrière-petite-fille qui voulait absolument voir son aïeule.
Laetitia intervint avec douceur pour la calmer et la jaugeant immédiatement, pour lui permettre de voir de loin la baronne, sans risquer de polluer la scène de crime.
– Que s’est-il passé demanda Yolaine en pleurs ?
Le brigadier Christophe Pouytes, qui la fréquentait depuis les bancs de la maternelle, la prit à part et lui expliqua délicatement la situation.
– Je suis sûre que c’est Lespinasse dit-elle.
– Vous connaissez monsieur Lespinasse, intervint la commissaire ?
– Évidemment. Ce pot de colle est un prétendu cousin des Bozonnier. Il en veut surtout au trésor.
– Quel trésor ?
– Le trésor de la famille tient.
– Et de quoi s’agit-il ?
– Si seulement on le savait !
– Bon. Nous verrons tout cela plus tard. Mademoiselle Raboteau, connaissez-vous d’autres membres de la famille ?
– Non. Sauf ma mère bien sûr et mon oncle de Paris. J’aurais dû venir hier. Elle voulait me voir. J’aurais dû.
– Vous aviez rendez-vous avec elle hier pour un motif précis ?
– Elle m’avait dit de passer car elle voulait me parler de quelque chose d’important. Mais je ne sais pas quoi.
– Bon, mademoiselle Raboteau, c’est bien ça ? Rentrez chez vous. Nous vous verrons plus tard. Je peux vous dire que votre grand-mère n’a pas souffert.
– Je suis Madame, divorcée. Et c’est mon arrière grand-mère, dit-elle en repartant.
Abdoul avait reconnu cette jeune femme. Il savait où elle travaillait. Pour l’instant cela n’avait pas d’importance, mais il se dit qu’il ne faudrait pas oublier ce détail.
Les enquêteurs avaient fini leur travail sur place et le corps de Julie Finet fut emporté vers l’hôpital pour être autopsié.
Le brigadier Pouytes avait fait relever toutes les traces dans la chambre, sur le balcon et au-dehors. Rien n’avait paru suspect aux enquêteurs. L’assassin avait pris beaucoup de précautions et avait emporté l’arme du crime.
Dans le parc boisé qui entourait la demeure seigneuriale, les policiers ne découvrirent rien de particulier. Des empreintes de pas étaient mélangées à des empreintes de cerf, de biche et autres petits animaux. Des signes de fouissage prouvaient la présence de sangliers, des terriers servaient de domicile à de nombreux lapins de garenne. Mais il n’y avait aucune trace de pas humains exploitables.
Autour de la piscine construite dans les années cinquante, rien non plus. Le solarium était semé de gazon, aucun meuble n’était sorti en cette saison. La baronne ne prenait plus le soleil à cette époque de l’année encore chaude, mais plus assez pour une personne de quatre-vingt-douze ans.
Les bâtiments annexes avaient été fouillés eux aussi sans résultat probant. Seul un endroit « aménagé » avait été découvert dans le rez-de-chaussée du pigeonnier. Il devait servir à un couple d’amoureux qui venait se retrouver là de temps à autre.
Peut-être une piste à suivre déclara le brigadier Pouytes, car il n’y avait personne au château susceptible d’être mêlé à une histoire d’amour secrète. Par contre si des personnes étrangères avaient eu vent de cette histoire de « trésor », elles auraient pu être tentées d’en savoir plus auprès de la baronne elle-même. Un entretien à ce sujet aurait bien pu se terminer mal pour elle.
L’inspecteur ne pensait pas que cette piste donnerait des résultats, mais il permit au brigadier d’investiguer dans cette direction pour ne rien laisser passer.
Abdoul Ben Mostar s’orienta plutôt vers la famille et plus précisément sur ce cousin éloigné que personne ne semblait aimer dans le clan des Bozonnier.
***
Christophe Lespinasse habitait une petite maison de Villeneuve-Tolosane, tout près du centre commercial régional de Roques sur Garonne. La villa était agréable vue de l’extérieur, mais sans plus. Il ouvrit tout de suite à l’inspecteur et ne sembla pas surpris que la police veuille lui parler. Ben Mostar pénétra directement dans le séjour meublé sobrement, mais avec goût. Un canapé en simili cuir séparait la pièce en deux, faisant face à un téléviseur ancien. 
Sur le côté, un fauteuil trônait devant le mur aveugle avec juste au-dessus du siège un tableau de Jean Mostaran (1535-1577) représentant la création d’Ève sortant de la glaise originelle.
L’espace restant était occupé par une table de séjour marron avec ses chaises, un napperon brodé, blanc, courait sur le plateau. Un petit bouquet de fleurs des champs décorait le tout apportant une touche de couleur bien venue. Le bouquet reposait sur un plateau de cuivre martelé de motifs arabesques et de quelques mots du Coran que l’inspecteur déchiffra facilement.
L’ensemble était propret, simple et ne transpirait pas l’argent. L’hôte proposa au policier de s’asseoir sur le canapé et prit place dans le fauteuil.
– En quoi puis-je vous être utile, monsieur l’inspecteur, demanda-t-il ?
Il ne semblait absolument pas inquiet de cette visite.
– Je viens vous voir à propos de madame la baronne.
– Ah ? Que se passe-t-il au château ? 
– Un incident dramatique.
– Mon Dieu ! On a tué le père Bonnel ? Il aimait toujours faire ce jeu de mot puéril.
– Non, Bonnel se porte bien.
– C’est tante Julie qui a été assassinée alors, s’exclama-t-il sans émotion.
– Cela ne semble pas vous faire trop de peine, on dirait.
– Elle avait l’âge de partir, non ?
– Peut-être, mais pas comme ça.
– Ah, oui ! Un crime. Vous avez raison, pauvre femme. Qui l’a assassinée ?
– Vous, peut-être ?
– Diable, comme vous y allez ! Et pourquoi moi ?
– À cause du trésor ?
– Ah ! Vous savez déjà cela. Mais vous avancez vite, dites-moi.
– Nous avançons. Bien même. Parlez-moi de vous, monsieur Lespinasse.
– Que voulez-vous que je vous dise ?
– Votre lien de parenté par exemple, ou vos relations avec madame la baronne…
– Désirez-vous un petit alcool, monsieur… Mostar ? 
– Merci, je ne bois pas.
– Ah, ben oui, bien sûr.
– Quoi bien sûr ?
– Non. Je veux dire… euh… vous êtes en service… 
Il venait de dire cela avec un air entendu, mais ne semblait pas y croire un seul instant.
– Vous vous rattrapez bien, monsieur Lespinasse.
– Vous souhaitez que je vous parle de moi ou de mon ascendance ? Parce que tout est lié à la relation que j’entretenais avec madame la baronne.
– Je vous écoute.
– Savez-vous, inspecteur d’où vous venez ? Moi je viens de loin.
– Arrêtez ce petit jeu, d’accord, ou je vous coffre pour insultes raciales.
– Je ne désirais pas vous offenser, croyez-moi. Pourquoi prendre mes réflexions avec des sous-entendus racistes ? Je m’adresse à vous comme je parle à n’importe qui.
– Je comprends ce que je veux, car j’ai l’habitude des propos soi-disant sans arrière-pensée. Je représente ici et maintenant la République française. Alors, quittez ce terrain et répondez à mes questions. Lien de parenté et relations avec madame la baronne ?
***
Lespinasse reprit ses explications sur un ton moins professoral cette fois, sans suffisance, mais avec toutefois de la distanciation. 
– Son titre vous impressionne, n’est-ce pas ? Pourtant ce n’est rien. Les Bozonnier sont de petits hobereaux à la tête près du bonnet qui n’ont cessé de guerroyer depuis toujours pour un oui pour un non. Je devrais dire pour un NOM. Celui du roi, en l’occurrence.
– Et en quoi cela vous concerne-t-il ?
– Je suis un Lespinasse. Issu d’une famille noble depuis la nuit des temps. De la vraie noblesse, voyez-vous. Originaires de Gap et de Die, nous étions les seigneurs du comté de Provence dès le Xe siècle. Et à ce titre les Bozonnier nous devaient obéissance.
– Ah, oui, je comprends. Un comte compte plus qu’un baron ? dit-il fier de son bon mot.
– Évidemment. Les Bozonnier ne sont apparus qu’au moment des guerres de Religion, quatre ou cinq cents ans après les Lespinasse.
– Hum. Attendez. Je vais prendre des notes, car vos histoires me semblent un peu compliquées. Donc, les Bozonniers sont apparus cinq siècles après les Lespinasse. Pas avant, vous êtes sûr ? Et les Vaumane ?
– Ah ceux-là ! Ne m’en parlez pas. Des sauvages quasiment. Ils sont issus de ces hordes alémaniques bourguignonnes qui ont émergé avec la gloire de Charles le Téméraire. Il y a eu un mariage, une mésalliance devrais-je dire, entre les Bozonnier et les Vaumane, alors que nous étions déjà liés aux Bozonnier.
– Allons bon. Une mésalliance ?
– Oui, ce Vaumane, ce protestant, a épousé la fille du baron de Bozonnier. De plus il a eu la vie sauve grâce à son beau-père. 
L’inspecteur commençait à être un peu perdu, et cela se vit dans ses yeux.
– Bon, je reprends. Vérifiez vos notes. Les Lespinasse sont nobles de haute lignée depuis l’an mille, en gros. Ils dirigeaient le comté de Provence. Les Bozonnier sont de petite noblesse de guerre. Ils servaient le roi de France et les comtes de Provence. Un mariage d’un de nos cadets avait uni nos familles vers 1450. Les Vaumane n’étaient que des chevaliers arrivistes qui choisirent la religion protestante pour se créer une Histoire, pensant que les protestants allaient gagner la guerre. Un chevalier Vaumane épousa une fille Bozonnier en 1575.
– Mais quel rapport avec Julie Finet, la baronne ?
– Nous sommes tous les descendants des protagonistes de cette époque médiévale.
– Tous, vous voulez dire les Bozonnier de Vaumane et vous ?
– Ah, mais non, pas seulement ! Tante Julie, moi, le majordome, sa femme…
– Qu’est-ce qu’ils viennent faire là, eux, le coupa le policier surpris ?
– Inspecteur, suivez-moi bien. Le majordome s’appelle Bonnel. Comme François de Bonne qui guerroya en faveur de la « religion prétendument réformée » dans toute la région de Gap dont il était issu. Ce de Bonne s’est allié en 1575 à François Philibert. Celui-là même qui a ouvert les portes de la ville de Gap aux protestants deux ans plus tard. Et qui a participé au sac de Gap la catholique, tuant des centaines de gens.
– Ah, fit l’inspecteur incrédule. Il nota l’année dans son calepin. 
– Oui. Donc les Bonne médiévaux et les Philibert médiévaux étaient des protestants. Ils étaient alliés. Le majordome actuel, monsieur Bonnel, est un descendant des Bonne.
– D’accord, je vous suis.
– Et la gouvernante, la femme de Bonnel est une demoiselle Philibert.
– Ho ! Elle descend donc du Philibert allié à ce Bonne pendant les guerres de Religion ! Et tout ce beau monde s’est retrouvé là ensemble de nos jours ! Mais dans quel but ?
– Pour le trésor improprement dit « des Templiers ».
– Il ne manquait plus qu’eux ! Bon nous arrêtons là. Vous allez me raconter la suite au commissariat.
– Vous ne me croyez pas ! Vérifiez. Il y a eu à Gap une commanderie, établissement secondaire des Templiers bien avant l’an 1200. Le trésor des Bozonnier était en 1575, paraît-il, gardé dans ce bâtiment, l’ancienne commanderie. Bien que ce trésor n’ait rien à voir avec les Templiers, la famille l’a toujours appelé « trésor des templiers ».
– Bon, bon, très bien. Mais encore une fois, quel est le lien avec aujourd’hui ? 
– Le lien, c’est ce fameux trésor qui a disparu en cette nuit d’horreur du trois janvier 1577. La nuit où les protestants ont rasé la ville de Gap. Et donc toutes ces familles recherchent depuis cette nuit tragique le trésor disparu. Chacun pense qu’il est entre les mains des Bozonnier. Cela peut exciter les convoitises, non ?
– Y compris la vôtre, monsieur le descendant des Lespinasse de l’an mille.
– Y compris la mienne. Sauf que je n’ai pas tué madame la baronne. Je ne sais ce que vous a raconté Bonnel, mais je suis parti hier soir vers dix-huit heures trente du château de Montbel et n’y suis pas retourné.
– Vous pouvez le prouver ?
– Oui, j’ai passé la soirée chez le brigadier Pouytes.
– C’est une relation à vous, s’étonna l’inspecteur ?
– Les Lespinasse connaissent les Pouytes depuis environ cinq cents ans.
– Arrêtez de vous moquer de moi.
– Cette famille est l’alliée des Lespinasse depuis le sac de Gap. Hildebert Pouytes était capitaine de la garde royale casernée dans l’ancienne commanderie des Templiers à Gap à cette époque. 
– Les Lespinasse nobles depuis l’an mille fréquentaient un simple capitaine !
– Ce capitaine a été largement impliqué dans la sauvegarde du trésor cette fameuse nuit.
– Il aurait aidé, selon vous, à sauver ce fabuleux trésor ?
– Fabuleux peut-être, en effet. Mais pas nécessairement dans le sens « riche ». En fait rien ne prouve qu’il existe vraiment.
– Et dans ce cas, on aurait tué la baronne pour rien.
– Voilà où est votre travail inspecteur. Cherchez le trésor, trouvez qui le possède aujourd’hui et vous saurez qui a trucidé tante Julie.
– Sauf, cher monsieur, que votre alibi ne tient pas, Julie Finet a été assassinée ce matin à son lever, vers huit heures. 
– Ce matin ? Comme c’est étrange. C’était hier l’anniversaire.
– Ah bon, et pourquoi ? Quel anniversaire ?
– À vous de le découvrir, monsieur le policier.
– Je vous le dis pour la dernière fois. Cessez de jouer avec moi. Pourquoi est-ce étrange et de quel anniversaire parlez-vous ?
– Mais parce que si l’on voulait me mettre cet assassinat sur le dos, on aurait dû la tuer hier.
– À cause de la dispute ?
– Comme je le disais tout à l’heure, vous avancez vite. Mais pour ce matin, non, je n’ai pas d’alibi.
– Nous nous reverrons donc, monsieur Lespinasse. Ne sortez surtout pas de la ville sans mon accord.
L’inspecteur avait compris qu’il ne tirerait rien d’autre du suspect aujourd’hui. Il était perdu et ne comprenait pas tout. Il devait voir la commissaire avant d’aller plus loin.
***
Abdoul Ben Mostar quitta le descendant des Lespinasse avec un gros mal de tête et rentra immédiatement au commissariat prendre attache avec sa supérieure, la belle et mystérieuse Laetitia Beaumont de Cerfeuil. Il ne doutait pas qu’elle comprendrait tout cela. Après tout, c’était son monde. 
À peine entré dans son bureau, il s’affala sur la chaise qu’elle lui désigna nonchalamment de la main. Le bureau de l’inspecteur était devenu tout naturellement le sien pour la durée de l’enquête. Elle lui lança un bref :
– Je vous écoute.
– Je n’y comprends rien commissaire. Je vais avoir besoin de vous, je vous assure.
– Non. Je suis déjà sur une autre affaire. Un vol de bijoux important. Résumez-moi vos découvertes.
Il lui raconta tout du mieux qu’il put, en consultant souvent ses notes, mélangeant parfois des choses. Manifestement, il ne comprenait pas tout par manque de connaissance de cette période de l’histoire de France. La commissaire ne lui posa aucune question pour ne pas le perturber davantage. 
Quand il eut fini, elle était particulièrement troublée. Cette affaire résonnait en elle et réveillait des interrogations secrètes qu’elle refoulait depuis très longtemps. Elle secoua la tête, décrocha son téléphone et dès qu’elle eut son interlocuteur, elle lui dit simplement :
– Je suis désolée monsieur le procureur, mais vous allez devoir désigner quelqu’un d’autre dans l’affaire des bijoux. Parce que…je pars en croisade.
 

4 - La décision de la commissaire

Dès le lendemain, Laetitia Beaumont de Cerfeuil, accompagnée de l’inspecteur Ben Mostar se rendit à la bibliothèque universitaire centrale du quartier du Mirail. Ils devaient faire des recherches généalogiques et historiques pour vérifier les dires de Christophe Lespinasse.
Ils passèrent toute la matinée à lire des livres relatifs à la famille Bozonnier et ses liens avec les Vaumane et les Lespinasse. Les informations obtenues étaient parcellaires, pas très nettes et ne leur donnèrent aucune piste sérieuse quant au soi-disant trésor.
Ils décidèrent d’aller voir une nouvelle fois le cousin éloigné de Julie, la baronne assassinée. Cette affaire faisait écho à l’histoire familiale de la policière. Elle était la descendante d’une famille noble ayant aussi habité en Provence. Elle pensait parfois être la réincarnation d’un ou d’une Beaumont de Cerfeuil du XVIe siècle. La jeune femme avait une idée en tête. Une idée folle, complètement irrationnelle.
– Bonjour, monsieur Lespinasse.
– Bonjour, madame. 
– Vous connaissez l’inspecteur Ben Mostar, je suis la commissaire Laetitia Beaumont de Cerfeuil.
– Beaumont de Cerfeuil, dit-il avec un respect non feint. Évidemment. Entrez, entrez, je vous en prie, madame la commissaire de police de la République. En s’effaçant pour la laisser passer il aperçut l’inspecteur. Il lui fit un sourire pincé et le pria d’un geste de la main de suivre la jeune femme.
– Beaumont de Cerfeuil, avez-vous dit. Des Beaumont d’Anjou ?
– Oui. Je descends du Roi René. De sa famille de Provence, du temps où il en était le comte.
– Nous sommes donc quasiment cousins.
– Comme vous dites, cher ami. Et à ce titre, je voudrais que vous m’expliquiez mieux votre histoire familiale.
– Je me doutais bien que votre inspecteur ne pourrait rien comprendre à notre civilisation.
– Ah bon ? L’inspecteur est modeste. Il ne vous a pas dit, mentit-elle exprès, qu’il est l’héritier des Almohades qui ont dirigé l’Empire islamique jusqu’au XIIe siècle ?
– Ah oui, ceux qui ont été écrasés à la bataille de Las Navas de Tolosa en juillet 1212, dit-il avec un sourire narquois.
– Bien, je vois que vous n’avez aucune estime pour les noblesses étrangères. Je vous demanderai donc de vous contrôler à partir de tout de suite et de considérer que monsieur Ben Mostar est de notre monde. De toute façon, même s’il n’était qu’un roturier, il mérite notre respect.
– Mais madame je le respecte. Sauf que je pense qu’il a du mal à comprendre notre Histoire.
– Eh bien, justement, à propos de notre histoire, nous allons tout reprendre à zéro. Alors je vous écoute.
Au bout de deux heures d’échange, les choses étaient plus claires. Néanmoins, la commissaire ne savait pas comment la fameuse nuit du trois janvier 1577 s’était passée.
– Ah si seulement on pouvait remonter le temps ! déclara Lespinasse.
Elle sortit alors son idée folle :
– Si vous connaissez un médium, on pourrait essayer.
– Essayer quoi ? demanda l’inspecteur.
– Tenter de remonter le temps, lui dit-elle, avec un spirite qui nous mettrait en relation avec un ascendant. Il lui ferait raconter ce qu’il a vécu, lui ou sa réincarnation.
– C’est possible, ça ?
– On peut le tenter en tout cas reprit Lespinasse.
– Vous connaissez quelqu’un ?
– Moi, non. Mais le brigadier Pouytes oui.
Ben Mostar appela donc immédiatement le policier qui lui donna les coordonnées d’un médium. La commissaire était ravie. Elle avait envie, depuis des années, de consulter un spirite pour savoir si elle était une simple descendante ou une réincarnation. Elle comptait bien profiter de la situation pour creuser cette voie. C’était là sa folle idée.
Ils contactèrent donc ce médium très connu dans la région et recommandé par le brigadier Pouytes. Le gros problème était que le spirite devrait agir sur plusieurs personnes, car les Pouytes, les Bonnel, les Philibert étaient directement concernés. Au même titre, d’ailleurs, que les Raboteau-Bozonnier de Vaumane et les Lespinasse.
La commissaire n’obtint un rendez-vous que pour le mardi suivant, soit cinq jours après. Elle convoqua tous les protagonistes de cette affaire au château de Montbel pour cette réunion générale. À cette occasion, elle pria son inspecteur d’informer le brigadier impliqué, Christophe Pouytes, qu’il était déchargé de cette enquête. 
***
Le lendemain, troisième jour de l’enquête, elle alla rendre visite à la petite fille de Julie de Bozonnier de Vaumane, la mère de Yolaine. Raymonde Raboteau habitait une bien jolie maison à Frouzins, près de la salle des fêtes, pas très loin du château. Laetitia fut reçue très cordialement par les Raboteau. Le mari ne se sentait pas très concerné par cette affaire et ne ressentait qu’un vague sentiment de compassion pour la « vieille du château ». Mais par contre, sa femme Raymonde fut très bavarde.
Confortablement installée dans un canapé crème assorti à une immense armoire se séjour en frêne très clair, la commissaire entama la discussion après avoir présenté ses condoléances.
– Dites-moi, madame, connaissez-vous bien l’histoire de votre famille, de vos ascendants ?
– Oui, enfin je crois. J’ai déjà fait des recherches généalogiques.
– Bien. Jusqu’où êtes-vous remontée ?
– Eh bien, je suis arrivée jusqu’à l’époque de Charles le Téméraire.
– Si loin ? Vos ancêtres sont de si vieille noblesse ?
– Oh mais oui. Et je les connais bien.
– Vous les avez si bien étudiés ?
– Vous savez madame la commissaire, j’ai toujours eu l’impression que je connaissais bien tout ce monde. Je pense que j’ai en moi les souvenirs de mes ancêtres. 
– Vous avez ces souvenirs ? Mais c’est formidable !
– Oui. Et ma fille aussi. Moi je me vois dans un grand jardin qui entoure un château genre forteresse médiévale. J’ai aussi un souvenir assez net d’une rencontre avec un roi, mais pas ici, plutôt dans une région montagneuse. On m’appelait alors madame de Montrichard, et je pense que le village s’appelait Nians ou Nans.
– Extraordinaire. Nous essayerons de reparler de tout cela avec le médium. Vous êtes d’accord ?
– Ah mais oui bien sûr. Je lui dirai que c’est là que j’ai rencontré pour la première fois Charles le Téméraire.
– Mais oui. Mais oui, lui dit la commissaire en lui tapotant gentiment le genou. Vous lui direz tout cela. Je compte sur vous. Mais, Charles le Téméraire, c’était bien avant 1575, non ?
Elle vit le visage de son interlocutrice s’affaisser brusquement. Madame Raboteau fit passer dans ses yeux une sorte de détresse soudaine. 
– Ah, vous croyez ? répondit la madame Raboteau nettement déstabilisée.
– J’en suis sûre, mais vous vous souviendrez peut-être aussi du temps de la bataille de Gap, cent ans plus tard.
– Certainement. Je crois aussi être Isabeau l’épouse du baron en 1577. Je vais y penser dès aujourd’hui.
– C’est fantastique ! Cela va nous être d’un grand secours. (La commissaire fut ravie de lui redonner espoir).
– Et ma fille Yolaine était à l’époque ma fille Yolande épouse du chevalier de Vaumane !
– Superbe, vous allez raconter cela au médium.
Elles continuèrent à échanger sur le sujet pendant une bonne heure avant qu’un coup de téléphone rappelle à la commissaire qu’elle était attendue au commissariat de Frouzins.
Le premier rapport succinct d’autopsie attendait Laetitia Beaumont de Cerfeuil. Elle parcourut le document attentivement. Rien de surprenant ne vint la troubler. La mort quasiment instantanée était bien due à un violent choc derrière la tête.
Il était l’heure du point journalier. Les responsables des équipes d’investigation arrivèrent dans la salle dédiée aux enquêtes et les rapports affluèrent.
Elle fit le compte rendu de sa journée, suivie d’Abdoul Ben Mostar. Puis ils écoutèrent la police scientifique leur dire que rien dans le château ne prêtait à doute sauf un écho dans le sol de la chapelle, entre la bibliothèque et la grande salle de réception au rez-de-chaussée.
– Bon, quelqu’un peut aller au tableau dresser un arbre récapitulatif de tous ces personnages ?
Un policier s’en chargea et saisit des feutres de plusieurs couleurs. Il écrivit sous la dictée de ses collègues :
– Henri Bonnel, majordome
	famille de François de Bonne
	chef des armées Protestantes
	qui dirigea l’attaque contre Gap
– Adeline Philibert, gouvernante, épouse Bonnel
	famille de François Philibert allié de de Bonne 
il ouvrit la porte aux assaillants
– Christophe Lespinasse
	cousin éloigné de Julie
	famille des comtes de Provence
	défenseurs du catholicisme
grande famille provençale anoblie vers l’an mille
 – Chevallier de Vaumane
protestant
	épouse la fille du baron en 1575
	a eu la vie sauve grâce à son beau-père
	le baron de Bozonnier
– Raymonde Raboteau
	mère de Yolaine, 
petite fille de Julie	
	pense être Isabeau, femme du baron en 1577
– Yolaine Raboteau
	fille de Raymonde Raboteau
	petite fille de Julie
 	serait Yolande épouse du chevalier de Vaumane
	fille du baron en 1577
– Christophe Pouytes
brigadier de police à Frouzins 
descendant du capitaine de la garde royale
Hildebert Pouytes de 1575
Les choses venaient de s’éclaircir sensiblement pour tous les participants qui s’étaient un peu perdus au milieu de tous ces personnages.
– Très bien, on y voit plus clair se hasarda Abdoul.
La commissaire reprit la réflexion sur le sondage des murs du château.
– Bien. Vincent, vous me faites étudier le sol par rayons pour voir ce qu’il peut y avoir sous cette dalle.
Les recherches dans le parc n’avaient rien donné. Aucune trace, aucun indice. Aucun témoin pour valider les déclarations des époux Bonnel.
– L’assassin est certainement venu de l’intérieur même de la demeure puisqu’il a frappé par-derrière et que la baronne est tombée face au sol, déclara un enquêteur.
– Mais il a fui vers l’extérieur puisque les Bonnel ont aperçu une silhouette courant au loin.
– Sauf qu’ils n’ont peut-être rien vu, ou mal vu.
– Développez, développez.
– Nous n’avons trouvé aucune trace de saut dans les plates-bandes de fleurs au pied du balcon. Pas plus que de trace de pas dans les gravillons qui séparent le bâtiment du parc boisé. Pour moi, c’est eux qui ont fait le coup.
– Eh bien si c’est Bonnel l’assassin, il est arrivé de l’intérieur du château et il est tranquillement retourné sur ses pas pour aller cacher l’arme du crime.
– Cela se tient, mais pourquoi tuer la vieille dame ? Il perd son emploi et sa femme aussi. Et il n’hérite de rien, a priori.
– Le notaire n’a encore pas donné le contenu du testament ? Voyez ça demain Abdoul, merci.
– Bien madame. Mais Bonnel a peut-être trouvé le trésor.
– Oui, le mobile, parlons-en. De quoi peut-il s’agir ?
– De pièces d’or, de bijoux, de choses comme ça, non ?
– Pas nécessairement. Le trésor, d’après la légende familiale, était détenu par les Templiers. C’est peut-être quelque chose en lien avec la religion.
– Oui, pas mal ça Hubert. Cherchez-moi donc si une pièce quelconque liée à la religion a disparu à cette époque, dans cette région. Un manuscrit, des objets liturgiques en or, un reste de la Sainte Croix, une partie de la couronne du Christ… Enfin, voyez quoi. Et aussi, Vincent, faites sonder les murs de la bibliothèque pendant que vous examinerez le sol de la chapelle. On ne sait jamais. Il y a très certainement une raison pour que Lespinasse ait tapé sur les murs de la bibliothèque la veille de la mort de la baronne.
La réunion prit fin là-dessus et chacun repartit exécuter les ordres de la commissaire. Elle retint dans le bureau l’inspecteur Mostar et lui demanda de fermer la porte.
Il se demanda quelle erreur il avait bien pu commettre pour qu’elle ne lui dise rien devant les collègues. Il avait beau chercher, il ne voyait pas. Et puis elle avait un vague sourire et ses yeux brillaient étrangement. 

5 - Le dîner chez Mongelli Fonsorbes

– Abdoul, lui dit-elle, vous arrive-t-il de rêver que vous êtes un héros du passé ?
– Ben il m’est arrivé de rêver que j’étais un héros quand j’avais quinze ans, oui…
– Allez, vous allez me raconter ça ce soir au restaurant.
– Comment ça ? Quel restaurant ?
– Ben là où vous allez m’emmener ce soir. C’est moi qui paye, mais c’est vous qui choisissez l’auberge.
– OK, patron. Je sais où je vais vous emmener. Vous aimez les pizzas ?
– Les pizzas ? dit-elle d’un air déçu.
– Oui, mais pas n’importe lesquelles. Celles de chez Mongelli vous verrez comme elles déchirent. 
– Ah oui, je connais leur réputation. Super, en effet.
Et là, la surprise fut totale. Quand ils arrivèrent, à Fonsorbes, à cinq kilomètres de Frouzins, ils découvrirent derrière le comptoir d’accueil Yolaine, l’arrière-petite-fille de Julie de Bozonnier de Vaumane.
– Je vous sers la « Royale », je suppose, leur dit-elle avec humour.
– Ah non ! Moi je veux une Pépino si vous avez. 
– Et moi une orientale, bien sûr, précisa Abdoul.
– On vous fait ça. Un petit vin rosé avec ça ?
– Oui, d’accord.
– Votre pizza orientale, un peu clichée, non, s’enquit Laetitia.
– Pas du tout. Si j’étais normand je la prendrais au beurre, si j’étais alsacien je la prendrais avec un verre de riesling.
– D’accord. Au fond, vous avez raison. Moi je suis fière d’être provençale avec une descendance angevine.
– Moi je suis fier d’être français descendant algérien.
– Vous connaissez cette pizzeria depuis longtemps ?
– C’est le brigadier Christophe Pouytes qui m’en a parlé, il n’avait alors aucune raison de me dire qui travaillait ici. Mais j’ai reconnu la patronne dès le premier jour de notre affaire.
– Le cadre est très bien, l’ambiance sympa et les pizzas excellentes. Je reviendrai.
Puis ils passèrent la soirée à discuter de leurs prouesses d’adolescents lorsqu’ils se prenaient pour des héros et de plein d’autres choses sauf de l’enquête. Ils se régalèrent aussi avec le dessert maison préparé chaque soir sur place, selon l’humeur de la pâtissière. Quand ils eurent fini, elle le ramena au commissariat où il avait laissé sa voiture et chacun rentra chez soi. 
***
En rentrant, Abdoul alluma machinalement la radio de sa voiture. Il fut sidéré. Une attaque terroriste de grande ampleur se déroulait en ce moment même à Paris.
Les informations arrivaient en direct, sans filtre, les reporters sur place décrivaient des scènes de guerre. On percevait nettement leur angoisse. La radio transmettait en fond sonore les sirènes qui hurlaient partout.
Les gens criaient en se sauvant. On les entendait pleurer, tout en courant. Les témoignages se succédaient. Plusieurs restaurants et terrasses de bistrot avaient été balayés par des tireurs fous au moyen d’armes automatiques. Les ordres fusaient, parfois contradictoires, c’était la panique. On parlait déjà de plusieurs dizaines de morts. Pas loin de trente d’après les derniers comptages.
Il se dépêcha de rentrer chez lui et alluma la télé. Les informations parlaient à présent d’une attaque au stade de France où se déroulait un match de football amical entre l’Allemagne et la France en ce vendredi 13 novembre 2015. Il y avait eu des bombes là-bas. Abdoul ressentit une crispation au creux de son estomac. Il appela le commissariat pour se mettre à disposition pour le cas où il se passerait aussi quelque chose sur Toulouse.
Il tenta de joindre Laetitia. Son téléphone était fermé. Il lui laissa un message vocal. Cela lui rappelait les heures sombres que Toulouse avait connues aussi avec le terroriste Meyrat, trois ans plus tôt.
Il savait que cela allait encore retomber sur des gars comme lui, désireux de s’intégrer au peuple français, de devenir des Français comme les autres, avec leurs différences et leurs spécificités, mais français.
Finalement Laetitia réussit à le joindre. Elle n’était pas au courant. Elle avait mis son téléphone en charge pendant qu’elle prenait un bain pour se détendre et ordonnancer dans sa tête tout ce que la journée lui avait apporté. 
Elle le quitta rapidement pour se mettre à l’écoute des informations et pour que son téléphone soit libre au cas où il y aurait des troubles à Toulouse.
À présent, les reporters axaient leurs informations sur le Bataclan, une salle de concert en plein Paris. La police, l’armée, les pompiers craignaient le pire là-bas.
Le Président de la République lui-même s’était déplacé avec tous les risques que cela représentait. La France vivait en direct des scènes de guerre.
On voyait des blessés être évacués, des morts gisant au sol, des soldats et des policiers lourdement armés se faufiler entre les voitures, tirer sur des individus qui leur répondaient.
Et puis les nouvelles arrivèrent du Bataclan au fur et à mesure que les heures passaient. Le nombre de victimes augmentait de minute en minute. Très vite, on dépassa la centaine de morts, on parlait de près de cinq cents blessés. L’horreur absolue.
Le stress monta en flèche, empêchant l’inspecteur de trouver le sommeil. Le ciel pâlit au-delà de ses fenêtres et Abdoul se décida à prendre une douche bien froide avant de rejoindre le poste de Frouzins.
Comment la population allait-elle réagir ? Comment les quartiers à majorité maghrébine allaient-ils vivre cette journée ? Le pire était à craindre désormais. La moindre colère risquait de dégénérer en agression raciste.
Au poste de police, les agents étaient tous nerveux. Tout l’effectif était là, même ceux de repos ce week-end. Tout le monde ne parlait plus que de cela. L’affaire de la baronne semblait bien futile à côté des événements de Paris.
Pourtant la commissaire reprit toute l’équipe en main. Elle distribua les rôles de la journée. Elle irait questionner Bonnel et Abdoul retournerait voir Lespinasse à propos de la dispute, les autres devaient se reposer. 
Les policiers de service ce samedi-là resteraient au commissariat, les autres devaient rentrer chez eux. Pas de ronde dans les quartiers chauds, qui pourrait passer pour une provocation. Et rester à disposition au cas où des attaques avaient lieu.
***
L’interrogatoire de Bonnel fut très instructif. Elle apprit qu’il était au service des Bozonnier de Vaumane comme son père l’avait été avant lui ainsi que les pères de leurs pères. Une fidélité indéfectible qui durait depuis la dernière guerre de religion et la bataille de Pontcharra perdue par les protestants, en septembre 1591. Mais il ne savait pas vraiment dans quelles circonstances.
– Vous savez, ce sont des histoires que l’on se raconte en famille certains jours particuliers, mais on n’en parle pas toujours. Cela devient quasiment une tradition, rien de plus.
– Pour vous donc, ces histoires vieilles de cinq cents ans ne veulent pas dire grand-chose ?
– Nous n’y pensions pas plus que ça. Même si ces derniers mois Lespinasse avait remis ça sur le devant de la scène si on peut dire. 
– Donc pour vous, c’est Lespinasse. Vous croyez qu’il pourrait être celui que vous avez vu fuir au loin ?
– Oui, je le pense vraiment.
Elle le quitta avec l’impression, l’intuition même, que cet homme ne pouvait avoir tué sa patronne.
L’inspecteur Ben Mostar eut du mal à débloquer l’hostilité de monsieur Lespinasse. Au début, il refusa d’évoquer la teneur exacte de la discussion qu’il avait eue avec sa « tante » Julie la veille de sa mort. Mais une digression mit l’inspecteur sur une voie prometteuse.
– Vous étiez dans une folle colère. Vous n’arrêtiez pas de cogner contre les murs de la bibliothèque.
– Je n’étais absolument pas en colère. Tante Julie m’a demandé de sonder les cloisons, car elle pensait que le trésor y était caché. 
– Dans la paroi ?
– Oui, mais je n’ai rien trouvé. Son père lui avait dit un jour que le trésor sortirait de la paroi ou quelque chose comme ça. Elle pensait en fait qu’il était caché dans le mur de la bibliothèque.
– Elle ne se rappelait pas mieux les propos de son père ?
– Elle m’a seulement donné un écrit, qu’il lui avait remis. Une phrase curieuse, sur un bout de papier.
– Vous pouvez me le montrer ?
– Le voici, répondit-il avec réticence en tendant une page de vieux papier, pliée en quatre, qu’il sortit d’un tiroir.
– « Pierre d’Or chasse mur de cloche » clama tout haut l’inspecteur. Étrange, non ? Que signifie cela ? 
– Elle ne le savait pas et moi non plus. Son père est mort brusquement et ne lui a jamais donné d’autres informations.
– Puis-je l’emmener pour nos spécialistes ?
– D’accord. Mais il faudra me le rendre.
– Je vous le rendrais le plus tôt que je pourrais. On se revoit au château avec le médium dans trois jours, vous n’avez pas oublié.
– À bientôt inspecteur. Si les événements de Paris le permettent.
– Ne mélangez pas tout, monsieur Lespinasse.
Mais en effet, il n’était pas idiot de penser que beaucoup de choses pouvaient basculer dans les jours à venir. Les chaînes d’information ne parlaient que des attentats de Paris. Les témoignages pleuvaient. On apprenait que des Français d’origine maghrébine avaient participé aux attaques. Certaines personnes poussaient à la haine.
On parlait d’instaurer un « état d’urgence » dans le pays. Déjà, les rassemblements étaient interdits. Certains « biens nés » ne comprenaient pas que la liberté des gens soit restreinte à cause de terroristes musulmans.
Abdoul prit sa voiture en ce dimanche matin pour aller dans les quartiers essayer de sentir l’atmosphère et mesurer les tensions. Les rues étaient quasiment vides. Un silence pesant régnait presque partout.
Sa promenade l’amena près de la maison de Lespinasse. Il arrêta sa voiture sur un parking d’école d’où il pouvait voir la villa du suspect. Des allées et venues étranges avaient lieu chez le chevalier de l’an mille comme l’appelait Abdoul quand il pensait à lui.
Rien n’interdisait à Lespinasse de recevoir qui il voulait chez lui, mais les visiteurs semblaient sur les nerfs. Ils arrivaient en tentant de se cacher, relevaient leur capuche de sweat ou mettaient leur main devant leur visage. D’autres regardaient partout d’un air inquiet avant de rentrer sans sonner dans la maison de l’aristocrate.
Tous ces comportements étaient curieux. Qu’est-ce que Lespinasse mijotait ? Il semblait que les hommes qui venaient le voir avaient des rendez-vous précis, car il n’en arrivait que lorsqu’un autre était parti. Ils étaient au maximum deux à chaque fois. Ils avaient des allures pas très catholiques.
« Voilà que je me mets à réfléchir comme les chrétiens à présent », se dit l’inspecteur. Il repensa à son enfance et son adolescence. Il se remémora les insultes à l’école. Il se souvint des agressions subies et réalisées. 
« Sale arabe », « Fils de voleur », « Retourne chez toi ». « T’as pas une tête de chez nous, dégage », « Allah Akbar, Aller tu t'barres ».
Il avait décidé de se battre à chaque fois, à chaque insulte, de rendre coup pour coup et parfois même de commencer par en donner. Mais, il voulait surtout leur montrer qu’il était aussi capable qu’eux, les européens. Alors il avait bossé. Dur, très dur. Et les quolibets s’étaient peu à peu calmés. Puis ils avaient disparu.
Il avait pris l’habitude de ne prier que chez lui. Il avait remarqué que les petits chrétiens n’allaient pas beaucoup dans leurs églises, alors il voulait faire comme eux.
Et puis un peu plus grand, il s’était mis à lire des livres sur l’humanisme, sur l’esprit républicain. Cela lui avait plu. Dans sa famille, son père avait toujours admiré la civilisation française et sa mère l’avait élevé dans le respect des lois et dans la tolérance.
Devenu adulte, il avait choisi un métier d’ordre et de respect des lois, mais aussi un job où il fallait protéger les honnêtes gens des voyous de toute sorte.
Et aujourd’hui, il sentait confusément que ce Lespinasse faisait partie des malfaisants et qu’il faudrait agir pour qu’il ne commette pas de délit ou de crime, si ce n’était déjà fait.
Pour lui, l’aristocrate était le suspect numéro un, et ce n’étaient pas ses fréquentations douteuses qui allaient le faire changer d’avis.
Il passa sa soirée à réfléchir à tout ça, avant de s’endormir enfin, en pensant cette fois à la commissaire. Laetitia Beaumont de Cerfeuil lui plaisait décidément beaucoup.
Ses rêves l’emmenèrent loin sur des rivages baignés de soleil. La chaleur du jour était adoucie par des vents légers. Les branches de quelques cocotiers mêlaient leur bruissement soyeux au clapotis rafraîchissant des vagues. Le sable blanc plongeait lentement jusqu’à l’anneau de corail qui fermait l’atoll.
– Tu commandes un nouveau cocktail, mon chéri, lui demandait Laetitia…  
";

        chapterArray = REmatchNoCase("[\t\n\r]+\d{1,3}\s+-\s+[^\t\n\r]+[\t\n\r]{1}",variables.a);
        titleAndText = arrayNew(1);
        indexList = ""; start = 1; 
        for(i = 1; variables.i lte arrayLen(variables.chapterArray); i++){
			ndx = findNoCase (variables.chapterArray[i], variables.a, variables.start);
            start = variables.ndx + 1;
            indexList = listAppend(variables.indexList,variables.ndx);
            } 
        count = 0;
        for(i = 1; variables.i lte listLen(variables.indexList); i++){
            start = listGetAt(variables.indexList,variables.i);
            if(variables.i lt listLen(variables.indexList)){
                count = listGetAt(variables.indexList,variables.i+1)-variables.start;
                }
            else{
                count = len(variables.a);
                }
            titleAndText[variables.i]['title'] = trim(chapterArray[variables.i]);
            titleAndText[variables.i]['text'] = REreplace(trim(replace(mid(variables.a,variables.start,variables.count),variables.chapterArray[i],'','all')),'[\t|\r|\n]','<br />','all');
            }
    </cfscript>
</cfsilent>

<!DOCTYPE HTML>
<html>
    <head>
        <!DOCTYPE html public "-//W3C//DTD HTML 4.0 Transitional//EN">
		<!--- <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=utf-8"> --->
		<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1" />
        <title>Chapter, Title, and Text from a string</title>
    </head>
    <body>
        <cfdump var="#variables.chapterArray#" />
        <cfoutput>#variables.indexList#</cfoutput><!--- <cfdump var="#variables.titleAndText#" /> ---><br /><br />
        <cfoutput>
            <cfloop index="idx" from="1" to="#arrayLen(variables.titleAndText)#">
				<cfset part1=#variables.titleAndText[variables.idx]['title']#>
				<cfset num=#find("-", "#part1#")#>
				<cfset rest=#len(part1)# -(#num#+1)>
				<cfset part2=#right(#part1#, #rest#)#>
				<!--- <cfset chr=part2>
				<CFINCLUDE template="../inc_parser.cfm">
				<cfset part2=chr> --->
				<div>Titre : #part2# </div>
				<cfset Text=#variables.titleAndText[variables.idx]['text']#>
				<!--- <cfset chr=text>
				<CFINCLUDE template="../inc_parser.cfm">
				<cfset text=chr> --->
                <div>Texte : #Text#</div>
                <div><hr noshade /></div>
            </cfloop>
        </cfoutput>
    </body>
</html>

 

Merci pour votre aide

Thanks for your help

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Nov 22, 2019 Nov 22, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

 

Je ne sais pas si cela fera une différence, mais vous déclarez toujours un doctype HTML 4. Supprimez ce qui suit (de toute façon, il ne devrait pas figurer dans la balise head):
<! DOCTYPE html public "- // W3C // DTD HTML 4.0 Transitional // EN">

En ce qui concerne le problème de l'ISO, je n'ai malheureusement aucune idée sur la façon de résoudre ce problème.

 

I'm not sure if it will make any difference, but you are still declaring an HTML 4 doctype. Remove the following (it should not be in the head tag, anyway):
<!DOCTYPE html public "-//W3C//DTD HTML 4.0 Transitional//EN">

As far as the iso issue, I unfortunately do not have any ideas on how to fix that.

 

 

V/r,

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Nov 25, 2019 Nov 25, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

J'ai trouvé !

Certains caractères (je n'ai pu déterminer lesquels) font que cela passe en  utf-8 au lieu de iso-8859-1

Comment "nettoyer" un texte ?  Je cherche !

Cordialement 

 

Hello,
I found !
Some characters (I could not determine which) make it go to utf-8 instead of iso-8859-1
How to "clean" a text? I look for !
cordially

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Nov 25, 2019 Nov 25, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

Maintenant, je voudrais rajouter le fichier grâce à un CFFILE.

Hello,
Now, I would like to add the file thanks to a CFFILE.

 

<html>
<head>
	<! DOCTYPE html public "- // W3C // DTD HTML 4.0 Transitional // EN">
	<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1" />
	<title>Chapter, Title, and Text from a string</title>
	<CFINCLUDE template="../inc_init_admin.cfm">
	<CFIF IsDefined("Mode")><CFELSE><cfset Mode="Modif"></CFIF>
</head>

<body>

<CFIF Mode IS "Modif">  
	<CFFORM action="Essai7.cfm?Mode=update" method="POST" name="Modif" enctype="multipart/form-data">
	<TABLE width="100%" border="0" cellspacing="0" cellpadding="0" align="CENTER">
		<TR>
			<TD class="txt" width="20%">&nbsp;Texte au format Word exclusivement&nbsp;*</TD>
			<TD width="80%" class="txt">	
				<INPUT  type="file" 
						name="FichWord" 
						size="55" 
						accept="application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document">
			</TD>
		</TR>
		</TABLE>
		<CFOUTPUT>
		<BR><BR>
		<TABLE width="100%" border="0" cellspacing="0" cellpadding="0" valign="TOP">
			<TD width="100%" align="center" valign="TOP">
				<INPUT type="Image" src="/../../_commun/_Images/valider.gif" border="0">
			</TD>
		</TABLE>
		</CFOUTPUT>
	</CFFORM>
</CFIF>


<CFIF Mode IS "Update">
	<CFOUTPUT>
	<cfset Auteur="Jean-Marc IRLES"> 
	<cfset Titre="Le dernier secret de Julie Finet">
	<cfset Destination="#db_dir#\SoLivres\_Ebooks\SoLivres\#Auteur#\#Titre#\text">
	<CFFILE 
			Action="UPLOAD" 
			Filefield="FichWord" 
			Destination="#Destination#"
			Nameconflict="MAKEUNIQUE" 
			Accept="application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document"> 
	</CFOUTPUT>

	<CFFILE 
			Action="Read" 
			File="#Destination#/#Titre#.docx" 
			charset="iso-8859-1"
			Variable="Fich">

<CFOUTPUT>fich : #fich#</CFOUTPUT>

<cfsilent>
....

 

 Voilà ce que j'obtiens avec un CFOUTPUT ce qui ne m'arrange pas 😞

That's what I get with a CFOUTPUT which does not help me 😞

 

 

fich : PK!q‡~†![Content_Types].xml ¢( ÄY]oÚ0}Ÿ´ÿåu“¤ëډЇ}ûûA{_@q„›´xfõÿÿPK!‘·ïN _rels/.rels ¢( ¬’ÁjÃ0 @ïƒýƒÑ½QÚÁ£N/cÐÛÙ[ILÛØj×þý<ØØ]éaGËÒÓ“ÐzsœFuà”]ð–U Š½ Öù^Ã[û¼x•…¼¥1xÖpâ ›æöfýÊ#I)ʃ‹YŠÏ‘øˆ˜ÍÀå*Döå§ i")ÏÔc$³£žqU×÷˜~3 ™1ÕÖjH[{ª=E¾†ºÎ~ f?±—3-ÂÞ²]ÄTꓸ2j)õ,l0/%œ‘b¬ ð¼Ñêz£¿§Å‰…, ¡ ‰/û|f\ZþçŠæ?6ï!Y´_áoœ]AóÿÿPK!Ï"ø¥¸d-word/document.xmlì}Ën#I’à}ý_Å7©D§zIŠªÉBfMveu4°p¤g#XÌÇbºî¹O{+ôaºTô^沨[ó#ý%kfAñt’ŠpRRè®_ánæfæö¶ßýþãØeS¡é{/ÏJ…âžã÷¥7|yöÇïn/šg,¹×ç®ï‰—gŸDpöûëÿú_~÷áEßw¢±ðBð‚&Î˳QN^\^ÎHŒyPKGù? Ž?¾ôéˆË¾ê_–‹¥"ý5Q¾#‚Öëpoʃ³øqÎÇÝžÖWüüX½tF\…âãý3J{?¤vyuÙ\PùË¥õGUö~Týwµö ꃻZ{RíaOJ®þ°'•×ŸÔxØ“*ëOj>ìIkä4^'p"<øpà«1á¥^Ž¹ú>š\Àƒ'<”=éÊð<³XOÃ¥÷ýv¿š?a\éïý„ÆåØï ·ÒOžâ¿<‹”÷"þýÅü÷¸õú÷ñ?É/Ô.ðëŸÜā ¿TÂ\ø^0’“9‡ú4øp”‘0v^¼z¾â=v4Ä€ þN…!ӝ]ƒªÐóûŸðß ûðTþ·/ÏŠÅ›r¥[¹:KÞº¹áú'oÞ¢‡¼UøÏ{>Ÿr÷å™’A¨³K|Wé{ô"øœ|¥ZÔŸ;Áò{—ño.ã㿧­ž¶zÚêi«§­ž¶zÚêi«§­ž¶zÚêi«§­ž¶zÚêi«§­~©[­\U›­zÚV—?9mõ´ÕÓVO[=mu·­v‹öM1m«ËŸœ¶úL `Ex«ðÍ«j±Öhî¸ÿN¥Q­ëpS¼ÿÉ»ð“+’Í|'C%ô€©[ß 8R¾<ûŠ+>ö½>.6jyÁâ[)ÐÁËT ²¯ðáExýZ°¾PžŠÂQ"ÄOCýÝˆà)cv¢|ÐUˆàðÓD¼<·߅\…ñ:1ßK¨Þ°™®þ¡Õ­`÷E0á¬9Q"j*ήÙב+»•ÞEÏ ºEZ©¯ TýÞñc¿}"1ö¸ò=ï¸<´÷®7pZ_°mpẏêÚþg8¸8vÚúé lœÁŸx4æÛ™`ñRåÛ^“¼DYoä/ÇéSn•íJÚV—?yjÿΔ‘ß’±Sn®cG¿—?vN[=mõ´ÕÓVO[=mõ´ÕÓVO[=mõ´ÕÓVO[MÝêM·Òj§†Å–?9aõ´ÕÓVºUíºìVŠÝâÍ“ØÿÊV·íù“/L¬=Kêíä~ðs6†¾Ü»xÕ³ 놮_)wös°Óº&?þŠcysäïmÎʤ¸|ùxªÎRïT®ê«rtåÍ…ý×[•z¥»´ÿø­‡î¿ZMa z/…ãS·™éáÅÀZF̲8Ø™[ðv¿{ÛxÛ3ŒŸ^3¦¶X=ÝUÙ>_W¾-[õN:OdFʦtš•=´®ªõæª\ÉkçÇ‚~—ÃHå¬J³Ø(­ª«›Ùm{y°›Å¬™í¸Ý1Æ©î¶r–º/ëÕZ¹agsàÿJ³T,­æŒZÝN–¬Û;¾nqU¯Ö[mK+û¦•»W•Ö­­•?ûÞѸɸ²U¨åƒ³¸ÖuœƒpqV¾±¹åܲ²Ê·õb§švÍ-’‡6žÑšxB[ÝËÆ!óúYW]xÔ 9‹ÔzãÇ폚H'ŒèM¿ƒ¿^LæÛ‚¿2?Í›¾•ÂŒ/ñI““~«¿ÍJÙÏ:YA¯Çqûúh׏æþ-¥ü#ÁûArbËO¡—K0ô\9¹•®‹+àßL½㞘€0½Ÿ#{¼Âø/}&ÿ³ÜlÁÅVn_tjÅÎEµØè^´®ª‹F±Û¨«ÍR§Ôù_øk`º(@šäîÍD&²kÇÔ…þ»Å˜0Iéˆm(ù—¶x©À½ÊùÐsI‡J„Îÿ¬ñû— bîq¯n¬÷áßOd%þþã@ñ_Ø ûHÿ)ÞŽF ‘r¥†n"¥f=–ù÷?ž¨ üJøc†¦a?ôp>(ôW“¯àÛž»¢%\oéKýí÷ÿ ÿ§Ïxiñµfd-XIìÎå­áŽÏ¬Øù6ÊOEÌt%Æ7Ѽ¦åþ¾j)É]öGO:@ìÍ;|‚üöùcžÃíþÔAÑZ@©Qo•JϾ[иÜN  ,’(ÛT®'¼Ëb£Ñ½ª­ÒJ§Öª¥ÚÓË_?îÖDZÒëã'b¢ÁGÒ”ô|è²D&rž`ï z²jEÛ4r8‚WdD£V#q–F)N,Ø‚…eººªË·záõ«wío~ûéŨ ¿XýþL]5šå‹«Z½T­Õ.ªÕç=54—Ëôj_Dkœ‚Ö°¾ò%^°¡âýÈA÷_*1Q~ü!ë›p_kUZ-í% ¯ÿñãÿÙ¯¼Ï'! H`®Ø‘páÿlì …3ò$¾Æÿ;‚°Û]â¢z'jv‡«À÷9è hó,DäLø§µ_..ôb…§NL$©säÙ›ÙÝdö`pÏî†Ü݁| Ïúí§M¿OùrV1Ñš*é20[šOýHé‘’é@þvÇ2¦ž=$ìñ ~¿Ë¿q•ßk¢Žþ³¦(¬:‚÷Œ'kº-ׯš5ct@GçNÈ\)¸Ž÷G½^ªÚ*6›©çquU)^-‡`ssä©¥2ð×Rx# H…Ɲßõwô…ËwűJ?ƒ=}ÏÔ t3©W}ÍŽ2}õ }›q^훼±OýЊA¶€Gµa¼J¦ fåÔ=4\»kWãSÈtfWÝZµ}ßÍúñS`k*T(ƒ@à÷íŠÊ |fIt°4çä$úœÏzOŒ,B‰û€,`dÍ)Ÿc¼¯ìØÈÁ\9UkåBK´_¾)wÛK®Ï}‹w€VK~–©7¥8Fš'€,òë5 lv*t,ؼÀ:¦ÚÅzÌàòD¡Ìé–NŽGA ÷ FnCRÂ$¿òÇÜsfwØÍ€-ûÙWÀkT+·Í¥¾åû.,r_x}—€íÓ*ă)R˜Ƈ¶»ÏüCÃý§ý‹m@Í™Zv]ºíÜšœ§³;'Ê‘/ ¬ g(f@b\©õ*² ºÕbûFç „ÿbþÝ͝ŸAQQ˜Œ·…¾sPV“ò#t¬ö ò\„L|¼ÌîÎí²ð† W‚!BHÏ‘7ð4á:Š>X[ ³_q_r×âñÓ‘Jo tDpNŸ2Œ(A3`ṙ҃3I>‚ïIMDÉ%|y¼vý֏T Å9¦†$='p£IŒÎ±ßþ}?úYµO¿ìñ}‹(^0SS>¡‰•·cöé?þï<)ov7K}ý_*~û• øXºÀrÈEH! äœ8 ÛóQà*â(™v¨wÃ’Ö‰ ôÓäee€Bé‹GƆTÝ_b4]âŠ9„Ü+l,Æ=…bßìjÈ®"¦@ývF댟7¸¬Ö7Ÿ‚=ÉH'Nô€<fw ð5Ü[Îìgú¾ªdIG~×k²U¤çpåé RzÄExj³‰:Ê·•VkÙßú åÌïÙ× ”©83,˜L8)ÞTÊåü•A6…Õ×\Ç6˜+l¢÷Xís9$ÏÙ{#)TÕεcÈw7c`iTSA//°79ž*—ÆcÌìD[o^˜;n~ˆ$ €&O,úû¥g]¦‰í˜@“·ÌyOAl‹¥K|̵J ü`ឃV¬‘aojF\~ð°Ìþžã † ­N?‚­ÃŸÑÔ(lšj·¤çËÑj$à–G³;Jw¸îfÈcö5 Ǐé!õ_ ·}Ï¢€wÐ:…×EŽ1x#øÏ¿Dê?þÛÁ·æmùª•ªôto«åp¤UîÏ„¾]¦‡¥Ý½£\UïXoTõMŒ‰ªB}+Ì*ãÁÚ Ü×pœÝ—ç$õqßwüE\7¾C0>`vwQ×QbyÞU‘Š±ÖâÅ_}ÀПàW*ºØI—ë%/{~úãû×:§?y¥zyÖ(R ‹Þíüå0 ±ìø."3¦–F1Æqßw¾R’ê€PÞÊÐÍ3Q.4ç$®ÒÉõk ‹À²Åi71Ù7㥯ŽÆ´ø2ÈÓ¿61’]©àª¿Þñ3oÄ°ÙOäÄÂ[Å*8–×Ώٝñ ¸*—Ú™®€‚éñ k¹‚f¤¯šÜëaᐠPI*óæ óõDÁ÷ŽWöàoŒð©p˜ ÐÏCØ Åܹvnb[2—À¨aïõ‰/¤ç«>Óþ yÚ?Of…xZwýåáä >û¿"‚Ïuôz–=»>göaõâÀ7Ã8ˆn’oe×XŸÇ7_Ê@Õ]†[ÔO?9Í¯GC¬Öf?£8éé®û™{`g§•‡æÄcGÇÎÃ2gòÝCaiõËÜï:ñ·Ù­mÈÛOñÉÇ}‚éÉñ6çæi’ž_®.¦çã+Ú½¥Q©€Ûµjyµ@¡]+6[©Õ3)iÁ­r½^~Š ÁaL¯GÜÉFæ.U{Ië¹lþœݳÜH‰HÇHƨ߾÷£e¹ŸÊt©cÒ6K—´1iOCºlž€›k‹0Å¢(¦Gâ×f Ÿr°tz˜ØÔ÷ÕX‚å‚™ãEæ IvÏnŽé‹élèÎ~*°W.ûÃèúÞ0ã‰ÎÊsÀœÃ¥ ¦Ýì.Ä/Lx@©›ÓÙ]Álž¯Ùø›5Õ;oè{˜÷Â#6‘¢ªRà{f˜nj¥r% L®‹ãßLxé"Fû[HÓkb¬“°zj–U~TugÄ1¶´Ã’·6 ¥Ég_¦`ƒj¦ª ")=WD"ÎÖ|–̘»è’Ÿ$`=Ìo9

 

Merci pour votre aide

Merci pour votre aide

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Nov 25, 2019 Nov 25, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Vous ne pouvez pas mettre une chaîne de sortie binaire à l'écran et attendre que le navigateur l'analyse. Il ne proposera pas à l'utilisateur de télécharger ou d'ouvrir et d'enregistrer le document Word. CFHEADER et CFCONTENT sont destinés à cela. Et tout ce qui est placé après CFHEADER et CFCONTENT sera ignoré.

 

You cannot put a string of binary output on the screen and expect the browser to parse it. It will not offer the user to download or open and save the Word document. That's what CFHEADER and CFCONTENT are for. And anything that is placed after CFHEADER and CFCONTENT will be ignored.

 

HTH,

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 05, 2019 Dec 05, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

En effet, cela marche mieux avec 😉

Mais je n'arrive pas à transmettre la variable fichier pour l'enregistrer dans le fichier "Paragraphes"

Merci pour votre aide

<CFIF Mode IS "Update">
	<CFOUTPUT>
	<cfset Auteur="Jean-Marc IRLES"> 
	<cfset Titre="Le dernier secret de Julie Finet">
	<cfset Destination="#db_dir#\SoLivres\_Ebooks\SoLivres\#Auteur#\#Titre#">
	<CFFILE 
			Action="UPLOAD" 
			Filefield="FichWord" 
			Destination="#Destination#"
			Nameconflict="Overwrite" 
			Accept="application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document"> 
	</CFOUTPUT>
	<CFOUTPUT>File : "#Destination#/#Titre#.docx"</CFOUTPUT>


	<CFFILE 
			Action="Read" 
			File="#Destination#/#Titre#.docx" 
			Variable="Fich">

<CFOUTPUT><cfcontent type="application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document" file="#Destination#/#Titre#.docx"></CFOUTPUT> 

<cfsilent>
 	<cfscript>
        a = "Fich";
		console.log(a);
        chapterArray = REmatchNoCase("[\t\n\r]+\d{1,3}\s+-\s+[^\t\n\r]+[\t\n\r]{1}",variables.a);
        titleAndText = arrayNew(1);
        indexList = ""; start = 1; 
        for(i = 1; variables.i lte arrayLen(variables.chapterArray); i++){
			ndx = findNoCase (variables.chapterArray[i], variables.a, variables.start);
            start = variables.ndx + 1;
            indexList = listAppend(variables.indexList,variables.ndx);
            } 
        count = 0;
        for(i = 1; variables.i lte listLen(variables.indexList); i++){
            start = listGetAt(variables.indexList,variables.i);
            if(variables.i lt listLen(variables.indexList)){
                count = listGetAt(variables.indexList,variables.i+1)-variables.start;
                }
            else{
                count = len(variables.a);
                }
            titleAndText[variables.i]['title'] = trim(chapterArray[variables.i]);
            titleAndText[variables.i]['text'] = REreplace(trim(replace(mid(variables.a,variables.start,variables.count),variables.chapterArray[i],'','all')),'[\t|\r|\n]','<br />','all');
            }
    </cfscript>
</cfsilent>

  
	<cfdump var="#variables.chapterArray#" />
	<cfoutput>#variables.indexList#</cfoutput><cfdump var="#variables.titleAndText#" /><br /><br />
	<cfoutput>
		<cfloop index="idx" from="1" to="#arrayLen(variables.titleAndText)#">
			<cfset part1=#variables.titleAndText[variables.idx]['title']#>
			<cfset num=#find("-", "#part1#")#>
			<cfset rest=#len(part1)# -(#num#+1)>
			<cfset part2=#right(#part1#, #rest#)#>
			<cfset chr=part2>
			<CFINCLUDE template="../inc_parser.cfm">
			<cfset part2=chr> 
			<div>Titre : #part2# </div>
			<cfset Text=#variables.titleAndText[variables.idx]['text']#>
			<cfset chr=text>
			<CFINCLUDE template="../inc_parser.cfm">
			<cfset text=chr>
			<div>Texte : #Text#</div><br><br>
			<div><hr noshade /></div> 
		</cfloop>
	</cfoutput>
		c'est fini !!
	</CFIF>
    </body>
</html>

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 05, 2019 Dec 05, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Hello,
Indeed, it works better with
But I can not transmit the file variable to save it in the "Paragraphs" file
Thanks for your help

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Dec 05, 2019 Dec 05, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Je suis désolé .. mais vous continuez à ignorer ce que je vous dis et à faire ce que vous pensez est la bonne manière. Encore une fois, TOUT APRÈS CFHEADER ET CFCONTENT SERA IGNORÉ PAR COLDFUSION.

 

I am sorry.. but you keep ignoring what I am telling you, and doing what you think is the correct way. Again, EVERYTHING AFTER CFHEADER AND CFCONTENT WILL BE IGNORED BY COLDFUSION.

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 06, 2019 Dec 06, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Rebonjour,

Excusez-moi d'avoir laissé la ligne :

Hello again,
Excuse me for leaving the line:

 

 

<CFOUTPUT><cfcontent type="application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document" file="#Destination#/#Titre#.docx"></CFOUTPUT> 

 

 

Comme je vous le disais, c'était juste pour vérifier si c'était la bonne variable !

Mais quand j'ai exécuté cette requéte, je l'avais enlevé !

Je n'arrive pas à faire passer la variable entre la premère partie et la seconde.

Merci pour aide.

As I told you, it was just to check if it was the right variable!
But when I executed this request, I had it removed!
I can not get the variable between the first part and the second.
Thank you for help.

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Dec 06, 2019 Dec 06, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Désolé. C'était très frustrant de voir le code que vous avez fourni dans votre dernier message.

Non seulement à cause du code que vous avez placé après les balises CFCONTENT et CFHEADER, mais aussi parce que vous prenez des mesures inutiles pour enregistrer un fichier sur le disque du serveur Web, puis le lisez. Et à partir de votre code, je ne peux même pas dire s'il est correctement écrit. Il vaudrait tellement mieux l'ajouter à un email et l'envoyer avant de le proposer à l'utilisateur pour le télécharger ou l'ouvrir. Ce serait moins stressant pour le processeur.

Un peu plus tôt dans ce fil, j'avais posté un code qui devrait créer l'objet fichier sans enregistrer sur un disque, vous en envoyer une copie par e-mail et le proposer à l'utilisateur de le télécharger ou de l'ouvrir. Je ne me souviens pas de quel article, mais si je peux le trouver, je posterai l'URL ici.

 

Sorry. It was very frustrating to see the code that you provided in your last post.

 

Not just because of the code that you placed after the CFCONTENT and CFHEADER tags, but also because you are taking unnecessary steps to save a file to the web server disk, then read it. And from your code, I can't even tell if it is properly written. It would be so much better to just add it to an email and send it prior to offering it to the user to download or open. It would be less stress on the CPU.

 

Somewhere earlier in this thread I had posted code that should create the file object without saving to a disk, email a copy to you, and offer it to the user to download or open. I do not remember which post, but if I can find it, I will post the URL to it, here.

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 06, 2019 Dec 06, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Rebonjour,

Je ne l'avais pas dit mais je suis obligé d'enregistrer les chapitres afin que l'auteur puisse le modifier une dernière fois et pour le rassurer.

Là je veux simplement passer la variable afin de pouvoir le faire.

Encore merci !

Hello again,
I did not say it but I have to save the chapters so that the author can modify it one last time and to reassure him.
There I just want to pass the variable in order to be able to do it.
Thanks again !

 

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Dec 06, 2019 Dec 06, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Je pense que je suis en train de mélanger les discussions. Mais s'il s'agit d'une page qui s'affiche après qu'un utilisateur a téléchargé un fichier, vous n'êtes pas obligé de l'enregistrer sur le disque du serveur. Vous pouvez travailler avec l'objet fichier en mémoire, ce qui est beaucoup plus efficace. Vous pouvez ensuite l'envoyer par courrier électronique pour en obtenir une copie ou la proposer à l'utilisateur. Mais vous avez mentionné vouloir donner à l'utilisateur une chance de faire une modification, ce qui me déconcerte. Pourquoi un utilisateur téléchargerait-il un fichier pour effectuer une modification alors que l'utilisateur peut simplement effectuer la modification sur son système? Ou est-ce que je me mêle encore plus que je ne le pensais? Ou est-ce que c'est un utilisateur à télécharger pour quelqu'un d'autre à faire une édition? Je suis perdu. Il n'y a pas assez de caféine.

 

I think I'm getting threads mixed. But if this is a page that renders after a user has uploaded a file, you are not required to save it to the server disk. You can work with the file object in memory, which is much more efficient. Then you can email it for a copy, or offer to the user. But you mentioned wanting to give the user a chance to make an edit, which is what is baffling me. Why would a user upload a file to make a change when the user can just make the change on his or her system? Or am I getting even more mixed up than I thought? Or is this for a user to upload for someone else to make an edit? I'm lost. There is not enough caffeine.

 

^ _ ^

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 07, 2019 Dec 07, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

Je sais ce n'est pas simple !

L'interessé entre un doc word.

Il est découpé en chapitres (différencié par le nombre et espace mis devant chaque chapitre).

(c'est là où j'en suis )

C'est enregistré afin de montrer à l'interessé ce que cela donne en epub et qu'il valide définitivement.

Cela a l'air facile mais (pour moi en tout cas;-) ) ce ne l'est pas.

Merci par avance pour votre aide. 

 

Hello,
I know it's not easy!
Interested between a word doc.
It is divided into chapters (differentiated by the number and space placed before each chapter).
(this is where I am)
It is recorded in order to show to the interested person what it gives in epub and that it validates definitively.
It sounds easy but (for me anyway ;-)) it is not.
Thank you in advance for your help.

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
LEGEND ,
Dec 09, 2019 Dec 09, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Malheureusement, je n'ai effectué aucun travail dans ColdFusion impliquant Microsoft Word.

 

Unfortunately, I have not done any work in ColdFusion that involves Microsoft Word.

 

V/r,

 

^ _ ^

 

MISE À JOUR: Cependant, si vous obtenez uniquement le contenu textuel du document Word et êtes au moins arrivé au point de créer le tableau de chapitres, alors je suppose que des modifications pourraient être apportées et enregistrées dans le tableau qui peut ensuite être réitéré pour -créer le document Word. Je ne sais pas trop comment.

 

UPDATE:  However, if you are getting only the text content of the Word document and have at least gotten to the point of making the array of chapters, then I suppose edits could be made and saved to the array which can then be iterated to re-create the Word document.  I'm not not sure how.

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 12, 2019 Dec 12, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Bonjour,

Je crois que je me suis mal exprimé !

En effet, je ne cherche qu'à faire la jonction entre 2 programmes que je vous ai exposé et que grâce à vous j'ai pu faire évoluer.

Là ne n'arrive pas à faire passer la variable fich au moment du <cfsilent> (voir code du 5 décembre plus haut).

J'espère avoir été plus claire !

Merci par avance.

 

Hello,
I think I misspoke!
Indeed, I'm only trying to link two programs that I exposed you and that thanks to you I was able to evolve.
There is not able to pass the file variable at the time of <cfsilent> (see code of December 5 above).
I hope I have been clearer!
Thanks in advance.

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Contributor ,
Dec 15, 2019 Dec 15, 2019

Copy link to clipboard

Copied

Please help me !

Votes

Translate

Translate

Report

Report
Community guidelines
Be kind and respectful, give credit to the original source of content, and search for duplicates before posting. Learn more
community guidelines
Resources
Documentation